AQMI raconte, la libération des otages français au Niger

AQIMDans une interview à un site mauritanien, Djamel Okacha affirme que des djihadistes ont été libérés par Bamako en échange de la libération des 4 otages français au Niger en octobre 2013. Il explique la stratégie de redéploiement d’Aqmi au Sahel après les opérations militaires françaises au nord du Mali.

Dans une interview donnée au site d’informations mauritanien Al Akhbar, utilisé comme canal de communication par les groupes armés, Djamel Okacha, alias Yahia Abou Al Hammam, l’émir d’AQMI au Sahara, revient sur les conditions de libération de plusieurs otages français. Il évoque les quatre employés d’Areva et de Satom, kidnappés au Niger en septembre 2010 et relâchés en octobre 2013 (Françoise Larribe avait été relâchée en février 2011).

Selon le chef terroriste, François Hollande, qui aurait «personnellement supervisé les négociations», a aussi «satisfait plusieurs conditions», dont la libération de sept djihadistes détenus dans les prisons maliennes. Ce ne serait pas une surprise : en décembre 2014, l’ex-ministre malien de la Justice, Mohamed Ali Bathily, avait reconnu avoir accepté la libération de quatre prisonniers en échange de la libération de Serge Lazarevic.

Dans le cas des otages français d’Arlit, «les Français ont essayé d’acheter des informations auprès des nomades, mais cela n’a pas marché», précise le chef terroriste dans cet entretien. Selon une source sécuritaire algérienne, des forces spéciales françaises et des agents de la DGSE, avec l’aide de pisteurs des tribus Idnane et des Ifoghas «ont mené des recherches pendant quatre mois en 2013 dans le nord du Niger avant de laisser tomber, faute de résultats».

«Et c’est ce qui les a poussés à accepter de négocier avec les terroristes», poursuit notre interlocuteur. Sur son compte twitter, un cadre d’Ançar Eddine, Ali Ag Al Haous, a même affirmé qu’une rançon de 40 millions d’euros avait été versée par le Qatar via des intermédiaires, en particulier Iyad Ag Ghali, ex-rebelle touareg devenu chef d’Ançar Eddine.

Une source des Renseignements extérieurs français avait de son côté confié au quotidien français Le Monde qu’une somme de «plus d’une vingtaine de millions d’euros» avait été remise aux preneurs d’otages, une information corroborée par une source proche des négociateurs nigériens citée par l’AFP, selon laquelle «entre 20 et 25 millions d’euros ont été payés pour obtenir la libération des otages français». Officiellement, la France ne paie pas de rançon : c’est en tout cas ce que répétait François Hollande en avril 2014.

Radisson Blu

Djamel Okacha revient également sur les conséquences des opérations Serval et Barkane au nord du Mali. «La France des Croisés voulait éliminer ou éloigner les terroristes du nord du Mali», mais aujourd’hui, assure-t-il, ils occupent «beaucoup plus de terrain». «Alors qu’avant, ils n’étaient que dans le nord du Mali, ils se trouvent désormais de l’Algérie au Mali et du Mali au Burkina. Et plusieurs tribus et ethnies nous ont rejoints. Ce que la France considère comme une victoire – le retrait des villes – n’est en réalité qu’un retrait tactique.»

Sur la question de l’unification du Mali, il affirme que «la croisade française a divisé une fois de plus le Mali entre milices et groupes armés qui se battent entre eux. Chaque tribu est devenue un front à elle seule, avec son propre armement et ses propres objectifs». L’émir évoque aussi l’attaque contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako le 20 novembre dernier, revendiquée par Al Mourabitoune, le groupe de Mokhtar Belmokhtar. Il se félicite que l’émir dissident ait finalement choisi de «rejoindre» AQMI et ajoute que les deux organisations ont constitué un «parlement» commun.

Djamel Okacha détaille par ailleurs la stratégie d’expansion d’AQMI : s’étendre dans tout le Mali et ne pas rester cantonné au nord, en ciblant particulièrement le centre, zone de montagnes, de forêts et d’eau où se trouvent déjà des combattants d’Al Mourabitoune et d’Ançar Eddine. D’où les récentes attaques contre la Minusma (mission des Nations unies au Mali) qui «bloque» l’organisation dans sa progression.

Auteur: Mel. M
Source: http://www.elwatan.com/international/la-liberation-des-otages-francais-au-niger-racontee-par-un-emir-d-aqmi-11-02-2016-314134_112.php