Une cimenterie de Lafarge attaquée au Nigeria

LafargeDes membres présumés du groupe islamiste armé Boko Haram ont attaqué dans la nuit du 4 au 5 novembre la cimenterie française du groupe Lafarge au nord-est du pays.

Les assaillants ont volé de la dynamite mais il n’y a eu aucune victime car l’usine était vide au moment de l’attaque. Le PDG du groupe français, Bruno Lafont, a affirmé mercredi 5 novembre que « tout était retourné à la normale ».

Le PDG du groupe français Lafarge, Bruno Lafont, a affirmé mercredi 5 novembre que “tout était retourné à la normale” dans la cimenterie du groupe (500 personnes) au Nigeria, où ont pénétré la veille des membres présumés du groupe islamiste armé Boko Haram.

L’usine a été la cible d’une intrusion par des personnes qui étaient étrangères à la cimenterie. Il n’y a pas eu de blessé. Il n’y a pas de dégâts dans l’usine“, a affirmé le patron du groupe, lors d’une conférence téléphonique, à l’occasion de la présentation des résultats trimestriels du cimentier.

Une attaque bien planifiée

D’après des sources du groupe consultées par l’Agence France-Presse, la cimenterie “tourne normalement” alors que des membres présumés du groupe islamiste armé Boko Haram avait attaqué la veille la ville de Nafada, ville du nord-est du Nigeria, dans l’État de Gombe. Arrivés en grand nombre à bord de camionnettes et sur des motos, selon des témoins, ils ont notamment détruit le commissariat et le siège local du parti au pouvoir.

Ils ont ensuite pris le chemin de la ville voisine d’Ashaka, à 20 km au sud-est, où ils ont pénétré dans la cimenterie de Lafarge. Selon un employé travaillant sur le site, les hommes qui ont fait irruption dans la cimenterie étaient armés.

Ils sont arrivés dans des 4×4 et à bord de motos. Ils ont volé de la dynamite et ont demandé à être conduits vers les bâtiments où se trouvent habituellement les personnels expatriés, selon ce témoignage. La cimenterie était presque vide au moment de l’attaque, beaucoup d’employés ayant quitté le site en apprenant qu’une attaque était en cours, selon cette source.

Une zone très dangereuse

Nafada est proche de l’État de Yobe, un des trois États du nord-est du Nigeria où se concentre l’insurrection islamiste qui a fait plus de 10 000 morts ces cinq dernières années, et où Boko Haram a pris le contrôle de plusieurs villes et villages ces dernières semaines.

Cette nouvelle attaque, survenue un peu au sud de la zone la plus touchée par les violences islamistes, n’a pas été revendiquée par Boko Haram, mais l’organisation terroriste se finance notamment par le cambriolage de banques et l’enlèvement d’otages contre rançon.

Des attentats quasi-quotidiens

La semaine dernière, un triple attentat à la bombe avait frappé une gare de bus de Gombe, la capitale de cet État, faisant au moins huit morts.

Ces nouvelles violences interviennent quelques jours après la publication d’une nouvelle vidéo de Boko Haram, obtenue vendredi 31 octobre par l’Agence France-Presse, dans laquelle Abubakar Shekau, le chef du groupe islamiste, annonce le mariage forcé des 219 lycéennes enlevées dans cette région en avril, mettant fin à tout espoir de voir les adolescentes libérées. Il excluait toute négociation avec le gouvernement nigérian en vue d’un cessez-le-feu

Auteur: La Croix avec AFP

Source: http://www.la-croix.com/Actualite/Monde/Une-cimenterie-francaise-de-Lafarge-attaquee-au-Nigeria-2014-11-05-1259828