L’organigramme du renseignement français

France DrapeauDans le monde feutré du renseignement français, la communication institutionnelle est rarissime. On ne s’étonnera donc pas qu’il ait fallu plus de six ans à la suite de la dernière réforme en date, en juin 2008, pour que les services officiels publient une plaquette d’information de 27 pages, sobrement titrée “La communauté française du renseignement”. Illustration de l’éternelle dualité de la conduite du renseignement au sein de l’exécutif français, ce document édité par l’Académie du renseignement – créée elle aussi par la réforme de 2008 – porte en haut de sa page de couverture la sobre mention “Premier ministre”. Mais la préface de ce document est bel et bien signée par le préfet Alain Zabulon, le coordonnateur national du renseignement, qui oeuvre sous l’autorité du secrétaire général de l’Élysée. Que l’on ne s’y trompe pas : aujourd’hui comme naguère, les manettes du renseignement français sont tenues par l’Élysée.

Chaîne courte

Faut-il pour autant penser que l’organigramme publié à la page 6 de la plaquette, dont on imagine sans peine qu’il a fait l’objet de longues tractations, ne serait pas conforme à la réalité ? organigramme-renseignement

Il place, en effet, l’ensemble des services sous l’autorité directe du gouvernement et de Manuel Valls, alors que, dans les faits, au moins pour la DGSE et dans une moindre mesure pour la Direction du renseignement militaire, la chaîne de commandement est des plus courtes, entre les chefs de service et l’Élysée. On ne doit pas négliger les aspects personnels dans ces affaires. Dans le cas de la DGSE, pour ne citer qu’elle, plusieurs épisodes extrêmement tendus se sont produits ces derniers mois entre le directeur du service – l’ambassadeur Bernard Bajolet, qui, comme les mémés de la chanson, aime bien la castagne – et le directeur de cabinet du ministre de la Défense, Cédric Lewandowski, qui n’est pas mal non plus dans le genre ! Ce dernier estimait qu’il devait se trouver “dans la boucle”, mais, Bajolet ayant une relation directe avec François Hollande, il ne l’a pas entendu de cette oreille. Néanmoins, Jean-Yves Le Drian est informé des missions de la DGSE. Quand il est à l’écoute…

Légitimité

L’actuel président de la République, comme son prédécesseur avant lui, a jusqu’à présent affiché une relation décomplexée avec les services. Ce sont les premiers dans ce cas sous la Ve République. Il ne faut donc pas s’étonner que ce soit seulement maintenant que l’édition d’une plaquette de présentation est possible. Alain Zabulon explique à ce propos : “Cette initiative s’inscrit dans une double démarche. Il s’agit tout d’abord de démythifier l’activité de renseignements. Les services de renseignements sont des administrations certes singulières, mais qui, conformément à l’article 20 de la Constitution, sont à la disposition du gouvernement pour la mise en oeuvre de la politique de la nation.”

Mais c’est bien le président de la République qui “arrête les décisions qui permettent d’adapter notre appareil de renseignements pour garantir son efficacité”, et qui a choisi de donner de la visibilité à cette communauté de six services de renseignements*. Les raisons en sont claires, écrit Alain Zabulon : “Il est indispensable que la légitimité de leur action soit reconnue par les citoyens et les représentants de la nation.”

Auteur: Jean Guisnel
Source: http://www.lepoint.fr/editos-du-point/jean-guisnel/l-executif-presente-pour-la-premiere-fois-la-communaute-du-renseignement-05-12-2014-1887192_53.php