Terrorisme: Un recruteur français arrêté en Turquie

France DrapeauOriginaire de Haute-Savoie, il a été expulsé vers la France dans la nuit de mercredi à jeudi. Il est soupçonné d’être à la tête d’un réseau de recrutement.

L’un des principaux recruteurs de djihadistes français en Syrie est entre les mains de la justice antiterroriste. Mourad Fares, un franco-marocain de 29 ans, a été arrêté par la police turque le 16 août dernier à l’aéroport d’Istanbul. Mais l’information n’a pas filtré jusqu’à son expulsion vers la France, intervenue dans la nuit de mercredi à jeudi. Il doit être présenté à un juge du pole anti-terroriste jeudi après-midi, selon RTL qui révèle l’information.

Originaire de Thonon-les-Bains (Haute-Savoie), il était en Syrie depuis juillet 2013 où il aurait d’abord rejoint les rangs de l’Etat islamique avant de rallier Jabhat al-Nosra, le groupe concurrent affilié à al Qaida. Selon RTL, l’homme a passé un bac S en 2005 et fait ses études à Lyon. C’était un «garçon intelligent, cultivé» et qui «sortait beaucoup», selon l’une de ses anciennes connaissances du lycée, contactée par la radio. Il «parlait beaucoup de religion, étudiait l’arabe mais ne montrait aucun signe de radicalisme», poursuit-elle.
«Tous les djihadistes dont on parle dans les journaux sont passés par moi»
Mourad Fares avait une page Facebook où il se faisait appeler Abou Rachid. Dans une interview donnée au magazine Vice en février dernier, il se vantait d’être le «prêcheur» et le «principal recruteur» des Français partant en Syrie. «Tous les djihadistes dont on parle dans les journaux sont passés par moi», disait-il. Mourad Fares semble en effet être impliqué dans le recrutement de Strasbourgeois, partis en bloc du quartier de la Meinau en décembre 2013, selon les enquêteurs cités par la radio. Il aurait par ailleurs recruté Nora, une adolescente de 16 ans originaire d’Avignon.

Les juges espèrent grâce à son interrogatoire démanteler une partie de la filière qui permet à de jeunes Français de partir en Syrie via les réseaux sociaux. À la mi-août, 350 Français combattaient en Syrie ou en Irak, selon le député socialiste Sébastien Pietrasanta, rapporteur d’un projet de loi contre le terrorisme qui sera débattu à partir de lundi au Parlement. À la fin de l’été, le ministère de l’Intérieur estimait que près de 1000 Français étaient concernés par le djihad en Syrie ou en Irak. En six mois, le nombre de Français impliqués a selon lui augmenté de 50%.

Auteur & source: http://www.lefigaro.fr/international/2014/09/11/01003-20140911ARTFIG00203-un-recruteur-francais-de-djihadistes-arrete-en-turquie.php