Mieux que “Made in France” il y a le “Made by France”

Made in France 2Nous sommes fiers mais manquons de fierté d’appartenance, pour porter haut et fort une bannière tricolore comme d’autres portent une bannière étoilée. Nous revendiquons souvent avec orgueil la supériorité de la France dans bien des domaines, au point de passer parfois pour des donneurs de leçons, et simultanément sombrons régulièrement dans l’autocritique et l’auto-flagellation, qui parfois alimentent l’auto-récession.

Nous en appelons à la solidarité nationale mais rêvons de découplage entre chacun d’entre nous et la nation : régulièrement interrogés sur la conjoncture nationale et leur situation personnelle, les Français sont convaincus d’aller mieux que le pays. En étude d’opinion en effet, la perception de la moyenne n’est pas toujours la moyenne des perceptions. Persuadé des difficultés du pays, chacun veut vivre sa vie, s’en détacher, se découpler, comme on parle de découplage géostratégique. Seulement voilà, c’est un leurre, car tout est lié, nous sommes tous solidaires et interdépendants. Cet argument du made in France, s’il est intéressant, est aussi une occasion ratée, à deux lettres près qui changent tout. La France est davantage qu’une adresse.

Revendiquer une adresse plutôt qu’une identité de marque traduit notre difficulté à assumer notre nationalisme quand ce terme provoque malaise et renvoie inévitablement à certaines idées extrémistes, ou notre patriotisme dont l’idée de patrie évoque elle d’autres périodes de notre histoire. Nous avons du mal à assumer notre identité nationale. Notre attachement territorial est d’ailleurs souvent plus fort au niveau régional que national, ce qui explique les fortes identités régionales à travers notre pays. Des identités régionales souvent plus fortes à la périphérie de l’hexagone, comme si une force centrifuge venait intensifier le sentiment identitaire régional en compensation de la pression exercée en son centre par l’État jacobin.

Ce MIF Expo veut vanter cette année l’innovation, l’attractivité de la marque France à l’export, et la « nouvelle » France industrielle présentée le 12 septembre dernier à l’Élysée à travers 34 plans de reconquête. 34 plans certes intéressants, mais 34 plans n’en font pas un. Un showroom n’est pas un projet stratégique. Ce qui rassemble ces projets, ces envies, c’est bien la revendication d’un savoir-faire, c’est un esprit de conquête, de reconquête. Made BY France, c’est aussi dire « France is back », ce n’est pas replier la France sur son territoire comme pour la protéger naïvement mais bien l’ouvrir au monde, la rendre présente et désirable. Les 5 millions de salariés de groupes français à travers le monde ou les expatriés français recrutés aux quatre coins du globe pour leurs talents, leur créativité ou la qualité de leur formation sont autant de portes-drapeaux de l’esprit français, de ce made BY France au delà de nos frontières, comme des postes avancés de cette marque France à travers le monde.

Made BY France, c’est ici sur le territoire et sur l’ensemble du globe, par les représentations de la France dans le monde. Au delà de la seule adresse hexagonale, partout où s’exprime le made BY France c’est un bout de terre tricolore supplémentaire, comme autant d’ambassades économiques. Un made BY France comme une bannière, comme un drapeau américain sur le sol lunaire, un made BY France d’affirmation, de conquête, de présence, de rayonnement. Lancer un Made BY France de conquête et d’affirmation comme Kennedy lançait le programme Apollo en 1961.

Si le Made in France renvoie à un critère géographique, le Made BY France l’intègre et l’élargit, pour évoquer l’excellence, le savoir-faire, l’esprit, la french touch… bref ces valeurs d’âme, ces valeurs immatérielles, qui bonifient les marques et les comptes de résultats.

Un made BY France pour voir le monde comme un espace et non comme une menace. Un made BY France de conquête et non de repli, d’enthousiasme et non d’inquiétude. Pour une France en étendard et non en barricade. Un made BY France orgueilleux, prétentieux, ambitieux, entreprenant, enthousiasmant, révolté. Pour une France ici et ailleurs, hier et toujours.

Auteur: Alain Renaudin

Source: http://www.atlantico.fr/decryptage/pourquoi-made-france-serait-plus-utile-que-made-france-alain-renaudin-894752.html