PRISM : Comment les Etats-Unis espionnent les internautes étrangers

PRISMEdward Snowden, 29 ans, ancien de la CIA, a révélé dans les médias l’existence du programme de surveillance d’internet, baptisté PRISM. L’affaire débute jeudi avec les révélations successives du Washington Post et du quotidien britannique The Guardian sur l’existence de deux programmes secrets de l’Agence nationale de sécurité (NSA).

L’un concerne la récolte depuis 2006 des données d’appels téléphoniques aux Etats-Unis par l’opérateur Verizon, et vraisemblablement d’autres opérateurs.

L’autre programme, appelé PRISM, vise à intercepter les communications d’internautes étrangers, se situant hors des Etats-Unis.

 

PRISM : de quoi s’agit-il ?

Le programme PRISM , en place depuis 2007, permet à l’Agence nationale de sécurité américaine (NSA) et au FBI (service de renseignement intérieur) d’accéder à des données concernant des personnes vivant hors Etats-Unis, via neuf géants de l’Internet.

Entre 2007 et 2011, les sites de Microsoft, Google, Yahoo!, Facebook, YouTube, Skype, AOL et Apple ont commencé à être intégrés dans un programme afin que les analystes de la NSA  puissent consulter directement et en temps réel les courriels envoyés sur Hotmail ou Gmail, ainsi que toutes conversations, photos, vidéos et chats internet sur ces sites. Twitter ne fait pas partie du programme.

L’existence du système PRISM, révélée simultanément jeudi soir par les quotidiens Washington Post et The Guardian, a été défendue par le patron du renseignement américain, James Clapper, qui a mis en valeur le trésor d’informations ainsi récupérées.

L’administration Obama a précisé que ces procédures ciblaient les non-Américains vivant en dehors des Etats-Unis.  Le président américain a défendu  la légalité et la nécessité des collectes secrètes de données dans le cadre de la lutte antiterroriste.

En réponse, l’Union européenne s’est dite “préoccupée”. Vendredi, elle a indiqué qu’elle allait demander aux autorités américaines plus d’informations sur cette affaire.

Pour aller plus loin : La présentation powerpoint du programme sur le Washington Post. Plus de 77 000 rapports de renseignements auraient cité PRISM.  Il s’agit de “l’un des accès les plus riches (…) pour la NSA”, selon le Guardian. A lire sur LeMonde.fr.

 

Edward Snwoden, 29 ans, explique avoir agi pour l'intérêt du public au nom de la protection de la vie privée. (AFP The Guardian)

Edward Snwoden, 29 ans, explique avoir agi pour l’intérêt du public au nom de la protection de la vie privée. (AFP The Guardian)

Facebook, Apple, Google & co ont-ils donné un accès direct ? 

Microsoft, Google, Yahoo!, Facebook, YouTube, Skype, AOL, Apple et PalTalk, neuf géants de l’internet, ont catégoriquement démenti donner un “accès direct” à la NSA.

“Nous n’avons jamais entendu parler de PRISM”, a affirmé le porte-parole d’Apple, à l’instar des autres firmes.

Vendredi, en des termes quasi identiques, Larry Page (directeur général de Google), David Drummond (Google) et Mark Zuckerberg (Facebook) ont également affirmé n’avoir “jamais entendu parler d’un programme baptisé PRISM jusqu’à hier”, et assurent que leur groupe respectif ne participe à “aucun programme qui donnerait au gouvernement américain ou à quelque autre gouvernement un accès direct à nos serveurs”.

Pour aller plus loin : Les géants de l’internet ont-ils le droit de transférer vos données aux autorités américaines ? francetvinfo a interrogé un avocat spécialiste en droit de l’informatique. A lire sur ftvi.fr.

 

Qui est l’homme à l’origine des fuites ?

Alors que les autorités américaines avaient annoncé l’ouverture d’une enquête pour déterminer l’origine des fuites, Edward Snowden est sorti de l’ombre dimanche dans un entretien publié dans le Guardian.

Le spécialiste informatique de 29 ans, ex-technicien à la CIA,  travaillait depuis quatre ans à la NSA, – en tant qu’employé de divers sous-traitants, dont Dell ou Booz Allen Hamilton, son dernier employeur.

“Mon unique objectif est d’informer les gens de ce qui est fait en leur nom et de ce qui est fait contre eux”, explique-t-il au Guardian.

Edward Snowden s’est réfugié depuis le 20 mai à Hong Kong. Il a quitté sa compagne alors qu’il menait une vie très confortable à Hawaii avec un salaire annuel de 200.000 dollars.

Pete King, président de la commission du contre-terrorisme et du renseignement de la Chambre des représentants, a appelé dimanche dans un communiqué à son extradition vers les Etats-Unis. Ce que le jeune homme redoute. Il envisage de demander l’asile à l’Islande, réputée pour soutenir “ceux qui défendent la liberté sur internet”.

Pour aller plus loin : L’année dernière, Télérama avait consacré un dossier aux  “whistleblowers” (lanceurs d’alerte en français), qui au nom de la transparence, divulguent des infos classées top secrètes. “Ils défient l’Etat et les industriels. Et se mettent en danger”. A lire sur Télérama.fr.

 

Auteur: SudOuest.fr
Source: http://www.sudouest.fr/2013/06/10/programme-prism-comment-les-etats-unis-espionnent-les-internautes-etrangers-1080494-5166.php