Une future puce pour réseaux électriques intelligents

Hashtagistan LogoCommentaire Hashtagistan: Selon certaines sources, la semaine dernière, la personne la plus détestée par les français était Mr Cahuzac, la personne la plus aimée été Nabila, ça en dit long sur ce qui intéresse nos concitoyens.

Pendant ce temps, personne ne s’inquiète de savoir qui aura accès à l’information collectée par ces compteurs intelligents et encore moins de savoir qui pourrait exploiter ces informations.

 Ouvrez les yeux, bientôt, grâce à ces compteurs intelligents, on saura à quelle heure vous avez regardé la télé et pendant combien de temps. On saura si vous avez allumé la lumière en allant aux toilettes. On saura dans quelle pièces de votre habitation se trouve les ordinateurs et on saura combien de temps votre habitation a été inoccupée. et pour couronner le tout, nous ne sommes même par certain d’avoir des compteurs intelligents de fabrication française.

 Mais bon, il semblerait que pour l’instant, le contenu du portefeuille de Mr Cahuzac et du soutien-gorge de Nabila soit plus important que le reste.

——————————————————-

ERDF

Un consortium piloté par ERDF, filiale d’EDF, et STMicroelectronics va expérimenter à Toulouse une puce pour compteurs destinée aux réseaux électriques intelligents (“smart grids”), avec l’ambition de définir un protocole de communication mondial.

Réseaux du futur, les “smart grids” se basent sur les télécommunications pour assurer l’accès de tous à l’électricité, malgré la multiplication des sites de production, l’intermittence des énergies renouvelables, ou les pics de demande générés par de nouveaux usages comme la voiture électrique.

Le projet “Sogrid” – contraction de “Sud-Ouest” et de “grid” (réseau) – dispose d’un budget de 27 millions d’euros d’ici à 2015 pour développer cette puce, l’intégrer à des compteurs électriques et la tester auprès de 1.000 ménages toulousains.

Le consortium compte 10 partenaires, dont le fabricant de câbles Nexans, la SSII Capgemini, l’équipementier Sagemcom ou la société Landis+Gyr, filiale de Toshiba.

L’Agence de l’environnement et de la maitrise de l’énergie (Ademe) financera le projet à hauteur de 12 millions d’euros.

Il s’agit de développer un nouveau protocole de communication et une nouvelle puce pour équiper l’ensemble du réseau électrique, a déclaré Michèle Bellon, directrice générale d’ERDF.

“Demain, nous aurons des compteurs (électriques) communicants qui transmettront l’information, à l’intérieur du domicile pour que le client puisse mieux gérer ses consommations, mais aussi vers le gestionnaire de réseau au travers de ses câbles”, a-t-elle ajouté.

Le consortium ambitionne de définir une norme applicable dans le monde entier, visant quelque 1,7 milliard de compteurs électriques (35 millions en France).

La puce sera compatible avec les “compteurs communicants” Linky déjà expérimentés dans 300.000 foyers entre 2010 et 2011.

L’expérimentation de prototypes devrait intervenir à la fin 2013, pour une implantation aux alentours de 2016.

 

Auteur: Jean Décotte, édité par Pascale Denis / Reuters Toulouse
Source: http://www.reuters.fr/article/technologyNews/idFRPAE93A09V20130411